Accueil VarEntreprises 2014 Var Entreprises n°59 – Novembre 2014

Var Entreprises n°59 – Novembre 2014

0,00

Dossier : La filière numérique dans le Var

Focus : L’AVATH relève les défis

Interview du directeur de la Direction départementale des finances publiques

UGS : VE112014 Catégories : ,

Description

L’édito du Président Gérard Cerruti

Temps de travail : mettre fin aux blocages ?

Tous secteurs confondus, les salariés à temps plein travaillent en France moins que dans la plupart des pays européens et de l’OCDE » et ce « dans des proportions inquiétantes », affirme l’Institut Montaigne. Une récente enquête de COE-Rexecode précise que les salariés français à temps complet ont travaillé en 2013 en moyenne 186 heures de moins que les Allemands et 239 heures de
moins que les Britanniques.
Cette situation est le reflet d’une faible durée hebdomadaire de travail et surtout d’un nombre cumulé de congés et jours de RTT très important, ainsi que d’un absentéisme marqué, notamment dans la Fonction publique. Le secteur public est spécialement pointé du doigt, le temps de travail y étant « nettement inférieur » que dans le privé, selon lui. L’Institut déplore « une absence de données inquiétante », « une défaillance globale du contrôle de la durée effective du travail » et un absentéisme record, avec 23,6 jours d’absence par agent pour raison de santé en 2011 – et près de 30 jours pour les seuls agents des régions.
Deux scénarios proposés : pour le privé, augmenter la durée légale du travail à une durée comprise entre 38 et 40 heures par semaine ou carrément « supprimer la durée légale du travail », qui serait désormais fixée « par accords collectifs ». Pour le public, l’Institut Montaigne propose de relever le seuil déclenchant des heures supplémentaires entre 38 et 40 heures par semaine, avec une absence de « compensation salariale » pendant une période qui pourrait durer trois ans. En matière de lutte contre l’absentéisme, il est préconisé par ailleurs de restaurer le jour de carence dans la fonction publique, créé en 2011 et très vite supprimé, ou de donner aux cadres intermédiaires plus de moyens de contrôle avec par exemple une « généralisation des badgeuses ». L’Institut suggère aussi de mieux recenser statistiquement le temps travaillé dans la fonction publique et de publier les données chaque année, avec une discussion au Parlement.

Il faudrait donc agir rapidement face à cette situation ; réformer le temps de travail « relancera l’économie française ». « Une hausse du nombre d’heures travaillées sans compensation salariale, en permettant à la fois une baisse du coût du travail et une hausse de la production, pourrait permettre de créer un véritable choc de compétitivité en France », estime le think tank.
Une approche intéressante, qui pourrait faire l’objet de toute l’attention de nos gouvernants !

Gérard Cerruti,
Président de l’UPV