GNR : le BTP voit rouge

btp

GNR : le BTP voit rouge

Par Olivier Réal

Les inquiétudes du BTP en cette fin d’année ne sont pas tant sur les gilets jaunes que sur le « rouge », autrement dit le gasoil non routier (GNR) et la suppression de l’avantage fiscal dont il doit faire l’objet au 1erjanvier.

1% du CA ! C’est la perte évaluée par les Travaux Publics varois dans la perspective de la fin de l’allégement fiscal sur le GNR à compter du 1erjanvier 2019, à savoir le gasoil non routier dédié aux engins de chantier. Un impact qui inquiète les entreprises et la Fédération du BTP, réduisant à la portion congrue, voire à néant, les marges sur certains marchés. Un très mauvais signal donné aussi à l’économie dans un secteur créateur d’emplois et de richesses. Le revers de la médaille d’une économie pour l’Etat évaluée à un milliard d’euros risque d’être conséquent sur l’activité, en particulier des TPE/PME. Lesquelles risquent d’avoir du mal à répercuter ce manque à gagner sur les donneurs d’ordre et de subir douloureusement cette nouvelle contrainte. En effet, selon l’enquête menée dans le Var par la Fédération varoise, les entreprises interrogées font état de pertes élevées, de l’ordre  60 000, 90 000, 100 000 euros pour certaines, impossibles à compenser compte tenu de la concurrence sur les prix, et encore moins à réviser sur les marchés déjà signés. Au regard du mécontentement, une mobilisation est dans l’air…

O.R.

 

## Dernière minute : le Gouvernement vient d’inclure le GNR dans le moratoire fiscal de 6 mois, permettant d’engager le dialogue et de préserver les entreprises qui n’avaient pas le temps de s’organiser.