Jean-Luc Monteil : « PACA a tous les atouts pour un être un leader mondial du tourisme»

jl_monteil

Jean-Luc Monteil : « PACA a tous les atouts pour un être un leader mondial du tourisme»

Président du Medef PACA, initiateur de l’Union des Entreprises du Tourisme, Jean-Luc Monteil a répondu à nos questions pour faire le point deux ans parès la création de la structure.

Var-Entreprises : Comment est née l’idée de créer l’UDET ?

Jean-Luc Monteil : Nous sommes partis d’un constat simple et partagé par tous : le tourisme, qui constitue le deuxième moteur économique de Provence-Alpes-Côte d’Azur après l’industrie, n’est pas structuré en filière. La voix des entreprises du secteur était donc jusqu’alors insuffisamment audible auprès des pouvoirs publics malgré son poids considérable dans l’économie régionale – 18 milliards d’euros de retombées économiques, 13% du PIB régional et 7,5% des emplois de PACA – et l’importance des enjeux d’avenir que revêt la filière.
Dans ce contexte, la création d’une union regroupant les principaux acteurs économiques du tourisme dans leur pluralité nous a paru indispensable. En effet, alors que le nombre de touristes internationaux dans le monde s’établissait à un milliard en 2013, la barre des deux milliards devrait être franchie d’ici 2030. Or, forte d’un patrimoine naturel et culturel exceptionnel, de marques mondialement connues (« Provence », « Côte d’Azur », « Méditerranée », « Alpes », notamment), d’un tissu économique performant, notre région a toutes les cartes en main pour s’imposer comme un leader mondial du tourisme ! L’UDET veut dès lors être une force motrice de cette ambition que seuls l’intelligence collective et le travail en équipe permettront d’atteindre.

V-E : Quels en sont les objectifs et les priorités ?

Jean-Luc Monteil : Les objectifs de l’Union des entreprises du tourisme sont à la fois simples et ambitieux. L’UDET a tout d’abord vocation à fédérer et représenter les différents acteurs du tourisme au sein d’une seule et même entité et, ce faisant, favoriser l’approche transversale dont la filière du tourisme a nécessairement besoin pour se développer toujours davantage dans l’ensemble de nos territoires. Dans cette optique, la « raison d’être » de l’UDET consiste à participer à l’élaboration des politiques publiques régionales en matière de tourisme, à creuser certaines thématiques, à faire des propositions sur certaines filières (sport, culture, etc.), en étant un interlocuteur privilégié des pouvoirs publics : Conseil régional, Conseils départementaux, services déconcentrés de l’État, etc. L’une des priorités de l’UDET est d’agréger de nouveaux acteurs pour être de plus en plus représentatif du tourisme.

V-E : Combien fédérez-vous d’entreprises en PACA ?

Jean-Luc Monteil : Aujourd’hui, l’UDET fédère environ une vingtaine de branches professionnelles représentant la multiplicité des activités touristiques de nos territoires : hôtellerie, transports de voyageurs, domaines skiables, métiers de l’événement, thalasso, interprofession des vins AOC, etc. À ces branches s’ajoutent le réseau des unions patronales départementales de Provence-Alpes-Côte d’Azur qui, de par leur rayonnement auprès des entreprises, constituent des acteurs majeurs. L’UPV fait naturellement partie de l’aventure depuis la création de l’UDET !

V-E : Existe-t-il d’autres structures de ce type en France ?

Jean-Luc Monteil : À ma connaissance, il n’existe pas d’équivalent de l’UDET dans les autres régions françaises. En revanche, au niveau national, la « Confédération des acteurs du tourisme » a vu le jour en juin dernier. Présidée par Roland Héguy (président confédéral de l’UMIH), elle a pour objectif de fédérer les différents métiers et acteurs du tourisme en France. L’UDET s’inscrit naturellement dans cette perspective prometteuse.

V-E : Deux ans après le lancement officiel de l’UDET, quel en est le bilan ?

Jean-Luc Monteil : Si les entrepreneurs ont tendance à considérer qu’ils peuvent toujours « faire mieux » et « plus vite », force est de reconnaître qu’après deux ans d’existence, l’UDET est un succès et répond ainsi à une demande des acteurs régionaux du tourisme. En effet, depuis la « Charte pour le développement du tourisme » que nous avons publiée en 2015 à l’occasion des élections régionales ainsi que « l’appel des entreprises du tourisme » qui visait à alerter les pouvoirs publics face à la baisse de la fréquentation touristique en 2016, nous avons pu constater un vif intérêt de la part des professionnels du secteur comme du Conseil régional ainsi que de la CCIT du Var qui nous a rejoint. Dans ce contexte, nous sommes ambitieux pour 2018 !

V-E : Envisagez-vous des actions importantes en 2018 ?

Jean-Luc Monteil : Dans notre volonté de mener des travaux sur des sujets bien identifiés, un événement sur le tourisme et le sport devrait être organisé dans les semaines à venir.

V-E : Peut-on être optimiste sur l’avenir du tourisme en PACA ?

Jean-Luc Monteil : Si l’image de la destination France avait été écornée en 2015 suite aux attentats qui l’avaient endeuillée, force est de constater que 2016 et 2017 signent un retour de l’embellie. La France demeure la 1ère destination touristique mondiale devant les États-Unis et l’Espagne tandis que Provence-Alpes-Côte d’Azur confirme son rôle moteur dans l’Hexagone. Ainsi, après une légère baisse en 2016 (-1,3% du taux d’occupation moyen), les premiers chiffres 2017 sont très encourageants avec une croissance régionale de +4,5% et un retour de la clientèle étrangère (Américains, Russes, Chinois). La Côte d’Azur, qui avait marqué le pas en 2016 suite au tragique évènement survenu à Nice le 14 juillet 2016, a retrouvé des couleurs cet été avec un taux d’occupation des hôtels et résidences de tourisme de l’ordre de 86%. En nuitées, cela représente un bond de 7%. Dans ce contexte à la hausse, les professionnels régionaux du tourisme sont confiants. Néanmoins, pour que nos territoires demeurent compétitifs en haute ainsi qu’en basse saisons face à la concurrence internationale, nous devons absolument changer de paradigme et ne plus considérer le tourisme comme une rente. PACA et ses nombreuses marques disposent de tous les atouts pour être un leader mondial ! À la clef, des milliers d’emplois et le rayonnement de nos territoires.

 

P.R.

 

Pour en savoir plus : http://www.medefpaca.com/economie/union-des-entreprises-du-tourisme