Accueil Reportage KENNEL à Pierrefeu bio, bio-dynamie et vins naturels !

KENNEL à Pierrefeu bio, bio-dynamie et vins naturels !

Confinement, vous avez dit confinement ? Pas pour le couple Kennel, viticulteurs à Pierrefeu – la vigne n’attend pas, en revanche le gel ( – 4° une certaine nuit) s’est invité  fin mars et a fait perdre une  partie de la future récolte !

Une belle histoire

4 générations se succèdent sur le vignoble Kennel à Pierrefeu: les arrière-grands parents de Julien étaient tonneliers en Suisse ; ils viennent à la Londe pour pratiquer cette même activité, l’un de leurs fils, Noël, rachète ces terres à un fermier.

En 1951, il y installe de la vigne, vigne qui avait été cultivée au Moyen Âge sur ce même sol par des moines cisterciens. La première mise en bouteille survient en 1958, c’est tout de suite un vin de qualité, et les années 70 sont propices à du développement !

Le domaine est ensuite transmis à Charles, puis à Julien, l’actuel propriétaire. Celui ci fait d’abord des études en école de commerce, travaille à Paris avant de revenir prendre les rennes de l’entreprise en 2005. Ses grands-parents vivaient alors sur le site, et c’est bien de sauvegarde du patrimoine familial qu’il s’agit à ce moment là !

Très rapidement, Julien va découvrir les différents aspects du métier, se former « sur le tas » en faisant presque tout lui-même. Ces 3 premières années sont difficiles, et le voilà dès 2008 contraint par le départ de l’œnologue de vinifier – bonne idée, puisque dès cette première expérience, les récompenses pleuvent : médaille d’or au concours général de Paris, coup de coeur du guide Hachette etc… ; ces diverses reconnaissances vont booster Julien et les investissements arrivent à point !

Il y a 5 ans, Mireille vient travailler avec son mari après une carrière de cadre. Si elle s’occupe plus particulièrement du commercial, elle est comme son mari et comme les 3 salariés, totalement polyvalente !

Il y a 4 ans, la conversion en bio est entamée et la certification arrive cet automne ; plus encore, depuis 3 ans, le domaine propose des vins naturels, sans sulfite ajouté et sans aucun « intrant » ! Plus exigeant que le bio donc ! Ces vins sont de plus en plus souvent demandés,  surtout dans la restauration de luxe .

En parallèle, la bio-dynamie fait son chemin dans l’esprit des dirigeants, tout un esprit d’agriculture ancestrale se profile avec l’adaptation au rythme lunaire, un entretien différent de la vigne –paillage,  utilisation de tisanes – Julien le résume : c’est l’homéopathie de la vigne !

La terre, les évènements climatiques  ne se font pas pour autant oublier « cela fait 3 ans que nous subissons sécheresse, grèle  (5 fois en 12 ans), mildiou, inondations : chaque année un problème ! »

Deux dirigeants

Julien  : a étudié à « sub de co » Toulon, a un profil mi technique mi commercial. Il a  travaillé quelques années comme cadre dans la technologie, c’est un homme d’engagement,  amoureux de sa terre, il y a vécu son enfance ; c’est un grand travailleur.

Mireille : elle aussi bac+5, a rejoint le domaine pour y faire …de tout, en fonction des besoins ! Elle s’occupe -entre autres- du commercial, de l’export en participant à des salons, des relations avec les restaurateurs et les distributeurs en France entière.

Repères économiques

  • 40 hectares d’un seul tenant
  • vinificateurs/négociants en SAS
  • chiffre d’affaires : 715 000 euros en 2019
  • nombre de bouteilles à l’année : 200 000
  • 2 dirigeants Julien et Mireille Kennel et 3 salariés (1 secrétaire et deux hommes pour la cave, le tracteur, les livraisons) + prestataires et vendangeurs.
  • distribution de la récolte : 40 % pour la restauration locale
  • 25 % vers l’export : USA, Belgique, Allemagne, Irlande, St Martin…
  • 15 % pour les cavistes
  • 20 % vente au domaine
  • investissements : 300 000 euros en 2020 pour un projet d’irrigation
  • https://store.vignoble-kennel.com/
Françoise Franceschini
Journaliste économique

A lire aussi

Thierry Albertini président de l’Office Var Habitat

Thierry Albertini est le nouveau président de Var Habitat, premier bailleur social du département avec 15 000 logements, 33 000 locataires, 280...

Permis en baisse, BTP en berne ?

La chaîne de l’acte de bâtir s’inquiète en cet automne des conséquences des « manquements » du printemps. Alors que le reconfinement...

A50 : « Enrobé, c’est pesé » entre Bandol et La Ciotat !

Escota Vinci Autoroutes refait la chaussée dans les deux sens entre les gares de péage de Bandol et La Ciotat, sur l’A50....

Pierrefeu : Pizzorno valorise toujours plus

le groupe Pizzorno Environnement a mis en service en septembre dernier et au terme de dix mois de travaux, le nouveau casier de stockage de déchets non dangereux sur son site de Pierrefeu-du-Var. L’Ecopole exploité par sa filiale Azur Valorisation renforce ainsi ses capacités de traitement et confirme son statut d’installation majeure pour la gestion des déchets.

L’Imsat en formation(s) serrée(s), malgré l’adversité !

l’Imsat dispense depuis septembre des formations longues et courtes pour respectivement 209 et 68 personnes, tandis que 140 jeunes ont été accompagnés depuis un an dans le cadre de la prépa SAT (sport, animation, tourisme), lancée par l’Imsat et l’UPV. Une démarche ciblée vers des publics demandeurs d’emploi, mais aussi fragilisés et parmi les plus éloignés de l’emploi, proposant un accompagnement personnalisé. A travers un Sas de préparation