Accueil Développement Les ordures ménagères transitent par La Môle

Les ordures ménagères transitent par La Môle

5 millions d’euros d’investissement ont été consacrés au nouveau quai de transit des ordures ménagères de La Môle inauguré cet été par le Syndicat mixte intercommunal de transport et de traitement des ordures ménagères de l’aire toulonnaise (Sittomat) et la Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez. Un aménagement durable.

La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez et le Sittomat, Syndicat mixte intercommunal de transport et de traitement des ordures ménagères de l’aire toulonnaise, ont inauguré mi-juillet le nouveau quai de transit des ordures ménagères du site de La Môle. Un équipement de grande utilité aux vertus durables permettant d’optimiser la prise en charge des ordures du territoire. L’intercommunalité Tropézienne ayant en effet rejoint le Sittomat depuis 2015, ce Syndicat, qui fait partie des plus importantes infrastructures de France en la matière*, achemine les déchets ménagers du Golfe jusqu’à son Unité de valorisation énergétique (UVE) de Lagoubran, à Toulon, afin de les transformer en énergie après combustion. La création de ce quai de transit permet d’éviter l’acheminement quotidien de ces déchets par camions de collecte de la Communauté de communes et de réduire par là même les émissions de CO2 inhérentes à ces flux. Ainsi, le quai de transit de La Môle réceptionne les ordures, les stocke au besoin, puis des semi-remorques peuvent les récupérer par transfert gravitaire et les amener vers l’Unité toulonnaise. Une problématique d’autant plus accrue en période touristique durant laquelle la production de déchets connaît une forte hausse, corrélée à l’augmentation massive de population.

Equipement moderne et complet

La rénovation des équipements a concerné plusieurs domaines. D’une part le regroupement de tous les déchets ménagers (ordures ménagères, collecte sélective, encombrants, cartons) sur un seul site pour unifier et simplifier la gestion. Un bâtiment de transfert a été construit, équipé de 6 trémies de rechargement gravitaire pour gros porteurs. Les trémies sont consacrées aux ordures ménagères, à la collecte sélective destinée au centre de tri du Muy, tandis que deux zones ont été créées, une de rechargement des encombrants et une pour la collecte du verre (400 m2). D’autre part, une déchèterie a été réalisée pour accueillir les dépôts des habitants de la commune de La Môle. Elle est dotée d’un quai configuré pour recevoir 5 bennes et d’une dalle à containers de déchets ménagers spécifiques et de déchets d’équipements électriques/électroniques. Enfin, la mise en balles d’ordures ménagères pendant la saison estivale permet de réguler les flux de déchets et lisser le traitement par l’UVE du Sittomat sur l’année en réduisant l’impact de la saisonnalité. Pour ce faire, une presse à balles unique dans la région (400 000 euros d’investissement) peut compacter et enrober en balles étanches environ 4 000 tonnes d’ordures. Lesquelles sont stockées sous un bâtiment dédié de 3 000 m2 construit à cet effet.

Le Sittomat a financé 80% des 4,6 millions d’euros de travaux effectués par le mandataire Campenon-Bernard, de même que l’intégralité des quelque 400 000 euros d’études préalables et de suivi. La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez a payé 20% de ces travaux qui ont duré 12 mois et fait l’objet d’une intégration environnement soignée. Sur 17 500 m2 de surface utile, vont désormais transiter chaque année 36 000 tonnes d’ordures ménagères, 6 500 tonnes de collecte sélective, 5 500 tonnes de verre, 1 420 tonnes de carton.O

* Fondé en 1979, le Sittomat gère les déchets de plus de 560 000 habitants (hors saison estivale), sur 38 villes  de l’aire toulonnaise et du Golfe de Saint-Tropez

Olivier Réal
Journaliste économique

A lire aussi

Avec Al Dente, Taormina, Mamma Sam, Toulon fleure bon « Little Italie » !

La rue Dumont d’Urville de Toulon prend des allures de « Little Italie », pour le plus grand plaisir des amateurs de cette cuisine du Sud qui nous rassemble, nous ressemble. Al Dente, Taormina, Mama Sam forment un triptyque gagnant, gourmand, attrayant.

Cultivons l’avenir avec Potagers & Compagnie

Potagers & Compagnie, est une jeune entreprise solidaire d'utilité sociale, qui participe au grand concours national La Fabrique Aviva, une compétition qui récompense les entrepreneurs innovants de l’économie sociale et solidaire. Bordé par la rivière Ribeirotte, en partie en zone Natura 2000, le domaine présente une grande diversité de milieux. L’ambition est d’en faire un lieu de référence de l’agroécologie et de la permaculture en climat méditerranéen (potager, vignes, oliviers, truffières, arbres fruitiers et petit élevage), ayant vocation à essaimer avec le développement d’une offre de formation et d’accompagnement de projets agroécologiques, notamment en entreprises ou associations

Puget-sur-Argens : les créateurs ont leur village

A l’aune de valeurs solidaires et écologiques, Luc Martin a eu l’idée originale et vertueuse de créer, au Puget-sur-Argens, le Village des ateliers créateurs.

Supports publicitaires : SERICONCEPT en pole position

Panneaux, tee-shirts, stylos, porte-clefs, broderies, cartes de visite, prospectus… rien n’échappe au savoir-faire et à la capacité de production de l’entreprise SERICONCEPT, installée en zone d’activités des Ferrières au Muy. Ses compétences s’étendent sur trois métiers principaux : la sérigraphie, la tampographie et la signalétique, réunis autour d’un atelier de P.A.O.

GNI : l’hôtellerie-restauration a aussi un cœur (de métier) qui bat

Des entreprises de notre secteur sont mortes dans l’indifférence. Pourquoi serions plus incriminés que les supermarchés ? Pourquoi les assureurs apparaissent à nos yeux comme les grands gagnants dans cette histoire ? Le GNI réclame une enquête parlementaire sur le sujet. Mais pour l’heure, sauvons nos établissements et nos emplois avec des mesures concrètes.