Accueil Focus Lutte contre la cybercriminalité : la gendarmerie monte en puissance

Lutte contre la cybercriminalité : la gendarmerie monte en puissance

Pour faire face à la cybercriminalité qui ne cesse d’augmenter, le groupement de gendarmerie départementale du Var, commandé par le colonel Alexandre Malo, s’organise et monte en puissance. Ainsi, la cellule spécialisée de la brigade départementale des appuis judiciaires, basée à La Valette qui s’appuie sur un réseau de techniciens dans les unités locales (le réseau CNTECH), va progressivement passer de 2 à 11 gendarmes. Composante cybercriminalité de la brigade d’appui judiciaire, cette section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces, sous les ordres du Major Jean-Pierre Passemard, traque les criminels de la toile et veille sur notre sécurité informatique.

Et le travail ne manque pas pour preuve, comme le précise le Major Passemard :

« Les cybers attaquent sur les smartphones ont augmenté de 191 % en un an ! »

Analyse, veille, prévention, formation …

Les missions sont nombreuses, équipés d’une mallette conçue en Israël et qui leur permet de se connecter à l’ensemble du matériel numérique existant (smartphone, tablette, pc, gps, clés usb, drone etc) les spécialistes de la cellule effectuent, sur réquisition, l’analyse des matériels saisis sur les scènes d’enquête. Les résultats de leurs analyses ont force de preuve lors des procès, notamment en matière de pédopornographie.

Leurs investigations leur permettent aussi d’établir une arborescence des contacts des principaux suspect.

La section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces réalise également des enquêtes diverses dans le domaine des technologies de l’information et de la communication.

Elle fournit appui, assistance et formation aux différentes unités du groupement départemental en relation avec ses correspondants techniques (C-NTECH). Ils sont deux dans chacune des cinq brigades de recherche et un dans chaque communauté de brigade.

Elle effectue quotidiennement une veille sur la toile pour être au courant de toutes les menaces potentielles.

Par ailleurs elle s’emploie à faire de la prévention et de la formation.

Le major Jean-Pierre Passemard dirige la section opérationnelle de lutte contre les cybermenaces. (Photo P.R.)
  • Prévention en intervenant lors du salon des maires, auprès de l’UPV et au salon des entrepreneurs en insistant notamment sur les règles essentielles afin de prévenir les risques cyber au quotidien.
  • En matière de formation elle intervient en partenariat à l’université de Toulon au sein d’IngéMédia.

Face à une cybercriminalité dont les acteurs sont toujours plus actifs et inventifs, la gendarmerie renforce ainsi ses moyens pour réussir à les contrer. Reste la difficulté d’intervenir à l’international malgré la convention de Budapest (2001).


Patrick Roletto
Journaliste économique

A lire aussi

Protégé : Geoffroy Roux de Bézieux à l’UPV

Quand le président national du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, rencontre son homologue varois et président de l’UPV, Gérard Cerruti, ainsi que sa présidente adjointe et présidente départementale de la Cpme, Véronique Maurel, ils ne se racontent pas que des histoires de patrons ni de présidents. Ils échangent collectivement sur des problématiques de (la) société et de terrain. De l’assemblée générale du 17 septembre devant nombre de leurs pairs à la visite le lendemain de l’industriel Ginouves en passant par le pôle formation de l’UPV, du milieu naturel de l’entrepreneuriat sont sorties nombre de vérités…

Protégé : Assemblée générale de l’UPV

« Le temps de la réflexion est une économie de temps », écrivait le poète latin Syrus. L’UPV n’a pas fait l’économie de son temps de réflexion lors de la venue du président national du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, au cours de son assemblée générale du 17 septembre. Le Palais du Commerce et de la Mer de Toulon a été le théâtre d’écoute et d’échanges de haut niveau sur l’état de la (des) société(s), devant un parterre assidu de quelque 200 acteurs économiques, politiques aussi, disposés selon les règles en vigueur de distanciation protectrice. Ce qui n’empêche pas la proximité quand les messages touchent. Ceux du président de l’UPV Gérard Cerruti, ont fait mouche d’entrée d’assemblée générale, saluant « la réactivité dès le début de la crise sanitaire de tous ceux qui se sont dépensés sans compter pour pallier les nombreuses difficultés auxquelles les entreprises ont dû faire face ». A commencer, « charité bien ordonnée commençant par soi-même », par le personnel de l’UPV, pour sa mobilisation sans précédent en cellule de crise.

« L’UPV est là pour aider les entreprises et soutenir l’économie »

Malgré le mode de fonctionnement toujours dégradé en raison des mesures sanitaires liées au Coronavirus, la rentrée est dense pour le monde économique en général et l’UPV en particulier. A l’approche de Var Up, grand rendez-vous annuel de l’entreprise dans le Var, échanges avec Véronique Maurel, présidente adjointe de l’UPV et présidente de la Cpme Var.

Lycée agricole privé de la Provence Verte : un projet de campus innovant à Brignoles

Fondé en 1953, le lycée agricole privé de Saint-Maximin cultive l’avenir en formant les futurs techniciens de l’agriculture. Installé depuis 1990 sur un terrain de 15 hectares et disposant de 5000 m2 de locaux, l’établissement poursuit sa mission avec toujours plus d’acuité et d’ouverture sur le monde sous la direction de Christian Brayer. Devenu le plus gros lycée agricole de la région (voir le lycée en chiffres), il regarde plus que jamais vers l’agriculture de demain et va créer pour se faire à Brignoles un campus des métiers.

Potager et Compagnie veut faire pousser fruits et légumes bio dans les entreprises

concept innovant, séduisant, gourmand et solidaire des potagers d’entreprises piloté par Potagers et Cie