Accueil Vie des entreprises MAP, une grande agence d’architecture à Toulon

MAP, une grande agence d’architecture à Toulon

Méditerranée Architecture Partenaires, MAP, société marseillaise d’architecture, s’implante sur Toulon à la faveur de la fusion avec l’agence  toulonnaise de Christian Luyton. Lequel devient associé des fondateurs historiques de cette entité régionale, Camille Richard Noble et Renaud Tarrazi, dont l’aura est nationale. Le groupe MAP, qui aura 10 ans l’an prochain, compte en effet désormais quelque 70 personnes et près de 8 millions d’euros de chiffre d’affaires consolidé à travers ses implantations de Marseille et Toulon, donc, mais aussi Saint-Jean-Cap-Ferrat, Paris, et même Mayotte, dans l’Océan Indien. Axée sur l’architecture, l’urbanisme et la maîtrise d’œuvre d’exécution, avec la particularité de gérer des projets urbains d’envergure, l’agence s’enrichit avec le savoir-faire de Christian Luyton (ex-président de la Société française des urbanistes) et de sa dizaine de collaborateurs d’une expertise en matière d’urbanisme réglementaire. La valeur ajoutée est également géographique pour Renaud Tarrazi, « puisque nous sommes ainsi plus près des clients et des chantiers ».

Maître d’œuvre de l’important chantier Cordeille à Ollioules, retenue sur le volet privé de l’îlot Montety, à Toulon, répondant à l’appel à projets « Mayol à Pipady », l’agence MAP est très intéressée par les développements au sein de la Métropole TPM et plus largement dans le Var. Son offre d’architectes, urbanistes, ingénieurs, paysagistes, architectes d’intérieur, thermiciens, directeurs de travaux, spécialistes en développement, construction et déconstruction  durable…, permet d’étoffer le marché local, alors que l’attirance des signatures parisiennes et internationales pour le département monte en puissance.

Légende photo : Renaud Tarrazi, Camille Richard Noble et leur nouvel associé au sein de l’agence MAP, le toulonnais Christian Luyton

Olivier Réal
Journaliste économique

A lire aussi

Protégé : Geoffroy Roux de Bézieux à l’UPV

Quand le président national du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, rencontre son homologue varois et président de l’UPV, Gérard Cerruti, ainsi que sa présidente adjointe et présidente départementale de la Cpme, Véronique Maurel, ils ne se racontent pas que des histoires de patrons ni de présidents. Ils échangent collectivement sur des problématiques de (la) société et de terrain. De l’assemblée générale du 17 septembre devant nombre de leurs pairs à la visite le lendemain de l’industriel Ginouves en passant par le pôle formation de l’UPV, du milieu naturel de l’entrepreneuriat sont sorties nombre de vérités…

Protégé : Assemblée générale de l’UPV

« Le temps de la réflexion est une économie de temps », écrivait le poète latin Syrus. L’UPV n’a pas fait l’économie de son temps de réflexion lors de la venue du président national du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, au cours de son assemblée générale du 17 septembre. Le Palais du Commerce et de la Mer de Toulon a été le théâtre d’écoute et d’échanges de haut niveau sur l’état de la (des) société(s), devant un parterre assidu de quelque 200 acteurs économiques, politiques aussi, disposés selon les règles en vigueur de distanciation protectrice. Ce qui n’empêche pas la proximité quand les messages touchent. Ceux du président de l’UPV Gérard Cerruti, ont fait mouche d’entrée d’assemblée générale, saluant « la réactivité dès le début de la crise sanitaire de tous ceux qui se sont dépensés sans compter pour pallier les nombreuses difficultés auxquelles les entreprises ont dû faire face ». A commencer, « charité bien ordonnée commençant par soi-même », par le personnel de l’UPV, pour sa mobilisation sans précédent en cellule de crise.

« L’UPV est là pour aider les entreprises et soutenir l’économie »

Malgré le mode de fonctionnement toujours dégradé en raison des mesures sanitaires liées au Coronavirus, la rentrée est dense pour le monde économique en général et l’UPV en particulier. A l’approche de Var Up, grand rendez-vous annuel de l’entreprise dans le Var, échanges avec Véronique Maurel, présidente adjointe de l’UPV et présidente de la Cpme Var.

Lycée agricole privé de la Provence Verte : un projet de campus innovant à Brignoles

Fondé en 1953, le lycée agricole privé de Saint-Maximin cultive l’avenir en formant les futurs techniciens de l’agriculture. Installé depuis 1990 sur un terrain de 15 hectares et disposant de 5000 m2 de locaux, l’établissement poursuit sa mission avec toujours plus d’acuité et d’ouverture sur le monde sous la direction de Christian Brayer. Devenu le plus gros lycée agricole de la région (voir le lycée en chiffres), il regarde plus que jamais vers l’agriculture de demain et va créer pour se faire à Brignoles un campus des métiers.

Potager et Compagnie veut faire pousser fruits et légumes bio dans les entreprises

concept innovant, séduisant, gourmand et solidaire des potagers d’entreprises piloté par Potagers et Cie