Accueil Juridique Réforme des conseils de prud’hommes

Réforme des conseils de prud’hommes

Le bureau de conciliation est la 1ère étape d’une procédure devant le conseil de prud’hommes. Ce bureau est composé d’un conseiller prud’homme salarié et un conseiller prud’homme employeur. Si les parties n’arrivent pas à se mettre d’accord, leur affaire est renvoyée devant le bureau de jugement. Ce bureau est composé de 4 conseillers (2 salariés/2 employeurs). La décision est prise à la majorité des voix. Si ce n’est pas le cas, l’affaire est renvoyée devant la formation de départage qui est présidée par un juge professionnel (juge d’instance).

Suite à la loi Macron, on ne parlera plus du bureau de conciliation mais du bureau de conciliation et d’orientation. Il est chargé de concilier les parties. Il assurera également la mise en état des affaires (rassemblement des preuves, arguments, etc.). Le bureau de conciliation et d’orientation pourra également juger l’affaire si l’une des parties ne comparait pas à l’audience (sauf motif légitime).

En cas d’échec de la conciliation, le bureau de conciliation et d’orientation aura la possibilité de renvoyer l’affaire devant le bureau de jugement :

  • dans sa formation normale (2 conseillers employeurs et 2 conseillers salariés) ;
  • dans sa formation restreinte (1 conseiller employeur et un conseiller salarié) avec l’accord des parties si le litige porte sur un licenciement ou une demande de résiliation judiciaire du contrat de travail. Elle devra statuer dans les 3 mois ;
  • devant la formation de départage (présidée par un juge du tribunal de grande instance) :
    • si les parties le demandent,
    • d’office en raison de la nature de l’affaire.

 

En cas de litige, le salarié et l’employeur pourront également résoudre leur conflit à l’amiable :

  • en recourant à la médiation. Le conflit est résolu avec l’aide d’un tiers, le médiateur. L’accord de médiation éventuellement conclu peut être homologué par le juge ;
  • ou en concluant une convention de procédure participative avec l’assistance de leur avocat. Cette convention peut également être homologuée par le juge.

Les conseillers suivront une formation initiale à l’exercice de leur fonction (5 jours) et une formation continue (6 semaines par mandat). De nombreuses dispositions de la loi Macron concernent également les conseillers prud’homaux, notamment en matière disciplinaire. Les juges pourront également solliciter l’avis de la Cour de cassation avant de statuer sur l’interprétation d’une convention ou un accord collectif présentant une difficulté sérieuse et se posant dans de nombreux litiges.

Création du statut de défenseur syndical

 

Le défenseur syndical assistera ou représentera le salarié ou l’employeur devant le conseil de prud’hommes et la cour d’appel en matière prud’homale. Les défenseurs syndicaux seront inscrits sur une liste sur proposition des organisations professionnelles et syndicales représentatives. Ils bénéficieront d’un véritable statut. Pour l’exercice de leur fonction, les défenseurs syndicaux auront droit à 10 heures de délégation dans les entreprises d’au moins 11 salariés. Ces heures seront rémunérées par l’employeur et seront ensuite remboursées par l’Etat.
Le défenseur syndical bénéficiera de la protection contre le licenciement. La rupture de son contrat de travail ne pourra se faire qu’avec l’autorisation de l’inspecteur du travail. Ne pas respecter
la procédure d’autorisation administrative sera puni d’un an de prison et d’une amende de 3 750 euros. Sachez également que l’exerce de sa mission ne pourra pas être une cause de sanction disciplinaire.
Le défenseur syndical est tenu au secret professionnel et à une obligation de discrétion. Méconnaître ces 2 obligations peut entraîner sa radiation de la liste des défenseurs.

Vous avez une question juridique ?
Contactez le service juridique de l’UPV au 0 811 360 011
L'équipe du VE
Rédaction du journal Var Entreprises

A lire aussi

Assemblée Générale de l’UPV et des Heures Libres de la Jeunesse

Le mercredi 10 juillet à partir de 17h30 se tiendra l'Assemblée Générale de l'Union Patronale du Var et des Heures Libres de...

MONTRIEUX LE VIEUX mariages, séminaires et éco-responsabilité !

Dans la vallée du Gapeau, très près de Méounes, le Domaine de Montrieux est niché dans la nature – peut être est-ce...

GEKKO GOURMET ou l’innovation culinaire !

Sur la zone d'entreprises de Signes, l'entreprise Gekko Gourmet connaît une croissance rapide ! Installée depuis quelques mois sur ce beau site,...

Tourisme à destination du VAR : le département en pôle position  !

Décidément, le tourisme d'aujourd'hui et de demain est un tourisme 2.0 ! Il n'est qu'à lancer « destination Var...

ObioSEED à Signes RSE toujours !

On entend dire que l'industrie déserte le Var et la France ; même si nous avons peu, dans le département, de grosses unités...