Accueil Développement Les risques cyber liés aux rançongiciels

Les risques cyber liés aux rançongiciels

Un rançongiciel est une forme d’attaque informatique visant à extorquer une somme d’argent à un utilisateur via l’infection de son périphérique. L’outil malveillant bloque le matériel ou chiffre les données afin de rendre impossible tout travail sur ce dernier. Une rançon est demandée en contrepartie du rétablissement de l’accès au périphérique ou de la fourniture d’une clé de déchiffrement.

En pratique, le périphérique touché affichera le plus souvent une fenêtre pop-up avec les instructions permettant le déverrouillage. La pression psychologique de l’attaque sur l’utilisateur peut être renforcée par la présence d’un chronomètre qui affiche le temps restant jusqu’à l’augmentation de la rançon, la destruction des données ou leur diffusion en clair sur les réseaux. Le paiement de la rançon est régulièrement demandé en crypto-monnaie – Bitcoin la plupart du temps – ce qui permet de masquer l’identité de l’attaquant et d’entraver les actions de suivi (pas de trace liée à l’existence d’un compte bancaire nominatif, pas de rencontre physique pour paiement en liquide, etc.).

Les rançongiciels sont le plus souvent utilisés par le milieu cybercriminel, mais la facilité d’accès à de tels outils sur le Dark Web les rendent utilisables par des attaquants disposant d’un plus faible niveau de technicité.

 

Si les modes de propagation sont variés, la diffusion de pièces jointes par courrier électronique reste le mode d’infection le plus courant avec la mise à disposition d’un lien vers un site Internet ayant une apparence authentique. Le facteur humain est déterminant dans la réussite d’une tentative d’infection, celle-ci dépendant fortement de l’inattention de l’utilisateur.

1er exemple : WannaCry, plus de 250 000 victimes dans le monde en mai 2017 WannaCry est un rançongiciel tirant profit d’une vulnérabilité de certains systèmes d’exploitation Windows, dévoilée par une entité connue sous le nom de ShadowBrokers, qui l’attribue à la NSA. L’outil malveillant a permis d’infecter des cibles telles que Téléfonica en Espagne, le National Health Service au Royaume-Uni ou encore certaines usines de Renault en France. L’impossibilité d’accéder aux postes touchés a obligé l’arrêt de la production au sein de certaines entreprises, impliquant des pertes financières non négligeables.  Ministère de l’Intérieur

2ème exemple : Locky, plus d’un million de victimes en 2016. Découvert pour la première fois en février 2016, Locky a touché des cibles dans la plupart des pays. Une pièce jointe malveillante prenant la forme d’une facture reste le principal mode de propagation de ce rançongiciel. L’utilisateur ayant ouvert le fichier Word et activé les macros voit l’intégralité de ses fichiers chiffrés. Une fenêtre pop-up explique le fonctionnement et guide l’utilisateur jusqu’au paiement de la rançon, allant de 200 à 1000€. Locky a connu plusieurs versions. Il serait l’oeuvre d’un groupe ayant déjà conçu un rançongiciel du nom de Dridex en 2015.

Préconisations de la DGSI

La DGSI recommande quelques actions visant à se prémunir au mieux des risques inhérents aux rançongiciels :

En amont de l’infection :

  • Sensibiliser son personnel : l’infection s’effectue souvent par une pièce jointe frauduleuse reçue par courriel électronique sous une forme légitime (facture, bon de livraison, etc.). L’ouverture d’une seule de ces pièces jointes peut suffire à propager l’infection sur l’ensemble des systèmes d’information de l’entreprise. Il est donc essentiel de sensibiliser son personnel quant aux risques inhérents à l’ouverture des documents provenant d’émetteurs inconnus et/ou douteux ;
  • Utiliser un outil de filtrage de courriers électroniques en plus d’une solution anti-virus efficace ;
  • Effectuer fréquemment les mises à jour des systèmes d’exploitation et programmes ;
  • Avoir une politique de sauvegarde de ses données afin de pouvoir les restaurer en cas de problème.

Pendant l’infection :

  • Éviter de payer la rançon afin de limiter l’attrait de ces pratiques et de ne pas risquer une nouvelle attaque. Le paiement de la rançon ne garantit pas la récupération des données ou le déverrouillage des postes touchés ;
  • Prendre les mesures nécessaires pour circonscrire l’infection sur les systèmes d’information placés sous votre responsabilité et, le cas échant, conserver les preuves relatives à l’attaque
  • Informer le correspondant de la DGSI ;
  • Consulter le site CERT-FR afin de vérifier l’existence d’un bulletin d’alerte, d’une campagne en cours ou de moyens de remédiation contre le rançongiciel qui vous a ciblé.

Après l’infection :

  • Déposer plainte auprès des services de police (OCLTIC ou BEFTI) ou de gendarmerie compétents ;
  • Effectuer un retour d’expérience sur la gestion de la crise afin de limiter les impacts d’une éventuelle future cyberattaque ;
  • Evaluer les solutions de cybersécurité disponibles dans l’hypothèse où l’entreprise ne dispose pas au moment de l’incident des outils d’entrave nécessaires;
  • Restaurer le système à l’aide de sauvegardes ou à défaut reformater le disque.

 

Nota : Il est parfois utile de conserver les supports de stockage infectés, des chercheurs en cybersécurité mettant régulièrement en ligne quelques jours plus tard des méthodes ou des outils de déchiffrement.

Source : DGSI

A lire aussi

Picasso période méditerranéenne au Musée d’Art de Toulon

Pour fêter sa transformation en Musée de France, moyennant 12,76 millions d’euros d’investissement, le Musée d’Art de Toulon accueille une surprenante exposition « Picasso et la Méditerranée », présentant 33 œuvres du maître.

évo-Job booste sa montée en puissance

évo-job, agence d’intérim, cabinet de recrutement et de solutions RH, installé à Toulon.

Lutte contre la cybercriminalité : la gendarmerie monte en puissance

Pour faire face à la cybercriminalité qui ne cesse d’augmenter, le groupement de gendarmerie départementale du Var, commandé par le colonel Alexandre Malo, s’organise et monte en puissance.

Une EGERIE protectrice

Spécialisée dans la cybersécurité des entreprises, la société EGERIE, basée à Toulon et Paris, est leader en France dans son domaine. Jean Larroumets, son fondateur, ambitionne désormais de devenir leader en Europe.

CREMANIA : la communication tous azimuts

CREAMANIA ce n’est pas que le magazine, c’est aussi une entreprise qui répond aux besoins de communication globale de ses clients, du conseil à la réalisation des projets à l’appui de proposition créatives : infographie, création de logo, charte graphique…Tous types d’impressions : papier, textile, etc.