Accueil Interview Santé du dirigeant des PME et INDÉPENDANTS : un partenariat AMAROK /...

Santé du dirigeant des PME et INDÉPENDANTS : un partenariat AMAROK / AGEFICE

Ces deux acteurs de la vie quotidienne des PME/PMI, TPE et  indépendants organisent 10 conférences en France pour sensibiliser sur la santé du dirigeant de ces structures petites et moyennes –  une santé rarement évoquée et pourtant majeure pour la survie de 99,84 % des entreprises en France ! Rencontres avec les deux intervenants lors du débat à Toulon à la mi-novembre.

Olivier Torres, professeur à l’Université de Montpellier et Montpellier Business School et président de l’observatoire Amarok (1700 adhérents) le confirme, on s’occupe  peu, en France (comme en Europe et en Occident en général) des dirigeants de PME/PMI, TPE et des indépendants – ils représentent pourtant toute la  France entrepreneuriale et patrimoniale. Si la loi de 1946 a bien instauré une démarche pour préserver la santé des salariés, rien n’a été fait pour les chefs d’entreprise, et guère plus pour la recherche en la matière. D’où l’intérêt du travail d’Olivier Torrès et d’Amarok, association qu’il a créée. Et qui sera peut-être, en 2020, reconnue  association d’intérêt général. Elle s’intéresse à la santé physique et mentale des travailleurs non-salariés (TNS): dirigeants de PME, commerçants indépendants, professions libérales, artisans …

Rencontre avec Olivier Torrès, moment riche d’analyses, de constats et quelques chiffres intéressants à découvrir.

Var Entreprises : s’intéresser à la santé des dirigeants de petites entreprises, vous devez être l’un des seuls chercheurs à le faire ?

Olivier Torrès :Il y a plus de statistiques sur la santé des baleines bleues que sur celle des dirigeants de petites entreprises ! En effet,  notre pays est essentiellement constitué de PME/TPE;  soit   99,84 % du nombre total d’entreprises !  Et 10 millions d’emplois (contre 4 millions pour les groupes). Et pourtant, on en parle peu, on ne les étudie pas. Et on se soucie moins encore de la santé de leur dirigeant– or, au vu de la vie qu’ils mènent, les petites patrons sont eux aussi soumis au stress, au burn out ( 10 années de recherche sur le risque d’épuisement par Amarok et très bientôt une publication à ce sujet), voire au suicide. Plus précisément, ces petits patrons subissent 4 types de facteurs pathogènes : le stress– pas besoin de développer, quand on créée ou gère une entreprise quelque soit sa taille, les facteurs de stress sont permanents et de toute nature. Et bien sûr la surcharge de travail : une moyenne de 50,5 heures de travail par semaine pour 39,1 heures en moyenne par salarié. Ces entrepreneurs  subissent en permanence l’incertitude du carnet de commande, de la relation au banquier, des contrôles administratifs etc… Face à tout cela, ils restent seuls, seuls à décider, seuls à gérer les RH, seuls à anticiper, seuls…selon une étude réalisée par Amarok pour BPI,  26 % seulement des dirigeants se sentent un peu ou bien entourés ; le sentiment d’isolement n’est  corrélé ni à la taille de l’entreprise, ni à son caractère innovant, ni au  sexe du dirigeant  – c’est le même  sentiment d’isolement qui prévaut.

Var entreprises : et pourtant ! Nombreux sont les jeunes ou les salariés qui veulent créer ou reprendre une entreprise, et les chefs d’entreprise envisagent rarement de devenir ou redevenir salariés ! Comment expliquer vous ce contraste ?

Olivier Torres : A côté des facteurs pathogènes que je viens de vous décrire, il y a des facteurs salutogènes extrêmement puissants. Et parmi le plus fort,  le fait de créer du sens, de donner un sens à sa vie, de maîtriser son destin : « en tant que chef d’entreprise, je suis maître de ma vie, je choisis ; mon entreprise est le résultat de mes propres décisions ». Cette approche confère des facultés certaines d’adaptation, aide à transformer les problèmes en solution ; les responsabilités par rapport aux salariés (quand il y en a) engendrent de l’ énergie, de la pertinence dans l’action ! Logiquement, la participation à un réseau d’entreprises va  participer à la fois à lutter contre la solitude du chef d’entreprise et permettre des échanges de bonnes pratiques, de pistes de solutions.

www.observatoire-amarok.net

Retrouvez en vidéo la présentation par le Pr. Olivier Torrès de l’Observatoire AMAROK, association étudiant les liens entre la santé des dirigeants de PME et la performance de leur entreprise.

Crédit photo d’illustration : image de la chaîne Youtube amarokenligne

Françoise Franceschini
Journaliste économique

A lire aussi

Thierry Albertini président de l’Office Var Habitat

Thierry Albertini est le nouveau président de Var Habitat, premier bailleur social du département avec 15 000 logements, 33 000 locataires, 280...

Permis en baisse, BTP en berne ?

La chaîne de l’acte de bâtir s’inquiète en cet automne des conséquences des « manquements » du printemps. Alors que le reconfinement...

A50 : « Enrobé, c’est pesé » entre Bandol et La Ciotat !

Escota Vinci Autoroutes refait la chaussée dans les deux sens entre les gares de péage de Bandol et La Ciotat, sur l’A50....

Pierrefeu : Pizzorno valorise toujours plus

le groupe Pizzorno Environnement a mis en service en septembre dernier et au terme de dix mois de travaux, le nouveau casier de stockage de déchets non dangereux sur son site de Pierrefeu-du-Var. L’Ecopole exploité par sa filiale Azur Valorisation renforce ainsi ses capacités de traitement et confirme son statut d’installation majeure pour la gestion des déchets.

L’Imsat en formation(s) serrée(s), malgré l’adversité !

l’Imsat dispense depuis septembre des formations longues et courtes pour respectivement 209 et 68 personnes, tandis que 140 jeunes ont été accompagnés depuis un an dans le cadre de la prépa SAT (sport, animation, tourisme), lancée par l’Imsat et l’UPV. Une démarche ciblée vers des publics demandeurs d’emploi, mais aussi fragilisés et parmi les plus éloignés de l’emploi, proposant un accompagnement personnalisé. A travers un Sas de préparation