Accueil Reportage Toulon : l’Okko joue la carte locale

Toulon : l’Okko joue la carte locale

Le nouveau 4 étoiles toulonnais Okko Hôtels joue résolument la carte de la proximité, avec ses clients d’abord, mais aussi vis-à-vis de son environnement direct. Son emplacement est un atout majeur selon la stratégie de cette jeune marque française.

Toulon est le 10e établissement de cette marque hôtelière française, Okko Hôtels, fondée par un professionnel expérimenté du secteur, Olivier Devys. L’établissement s’inscrit dans le cadre du projet de réhabilitation de la tour TPM (autrefois Caisse d’Epargne), sous la conduite du promoteur Altarea Cogedim. Lequel a investi 12 millions d’euros dans cet ensemble situé en haute ville, à l’angle de la Place de la Liberté, comprenant :

  • 46 logements de standing,
  • une enseigne commerciale en rez-de-chaussée (un brasseur aux dernières nouvelles),
  • des bureaux et l’hôtel Okko.

Ce 4 étoiles de 98 chambres (toutes de 2,77 x 6 mètres), occupant une surface totale de 3 200 m2, a ouvert une semaine à peine avant le confinement, puis a commencé son exploitation en mode dégradé inhérent à la situation économique et sanitaire. Le temps long, son dirigeant connaît et semble s’en accommoder, comme une donnée récurrente en hôtellerie. 8 ans entre les premiers contacts et l’ouverture de l’hôtel, avec quelques vicissitudes et autre recours à purger, cela représente effectivement un certain temps. Est venu celui de l’activité pour laquelle, même en conjoncture perturbée, il ne manque pas d’arguments. Son emplacement d’abord, à quelques minutes de la gare Sncf de Toulon (TGV et routière), facilitant son accessibilité pour les voyageurs issus de transport collectif ; à proximité directe de la Place de la Liberté et du centre-ville, donnant accès aux commerces, restaurants, bars et établissements culturels avoisinants. Son concept aussi, « lifestyle », tel que le revendique Olivier Devys, à savoir en opposition avec l’hôtellerie traditionnelle au sein de laquelle la chambre est centrale. Chez Okko, le « Club » incarne cet esprit de lieu de vie partagé et convivial. Cet espace de 250 m2, ouvert 24h sur 24, vise à répondre aux besoins de la clientèle en privilégiant la générosité. Journaux, jus de fruit, café, en-cas à volonté et sans surcoût y sont proposés, de même qu’un aperitivo de 18h30 à 20h avec tapas offerts, ou encore un espace restauration après 20h et le midi. Le Club en question est conjointement ouvert aux non clients de l’hôtel, désireux de se restaurer, de déguster un brunch le week-end, de co-worker ou de fixer un rendez-vous d’affaires pour un faible coût locatif.

Sans oublier, parmi les atouts, un espace forme et un toit terrasse (rooftop) de 200 m2 dominant la Place de la Liberté, dont on peut penser qu’il sera très prisé.

Olivier Devys et Martin Vitté, fondateur d’Okko Hôtels et directeur de l’établissement de Toulon

Attractivité toulonnaise

Okko joue également la carte locale en terme de prestataires, favorisant les circuits courts. D’une part s’agissant des sous-traitances d’entretien et de nettoyage (chambres, linge, espaces divers…), d’autre part via des fournisseurs locaux concernant son offre restauration. L’établissement distribue (et fait ainsi la promotion) des Bières de la Rade, des produits gourmands du Petit Biscuitier de la rue Semard, des délices du Comptoir des Fromages (autre voisin immédiat), du Gin Cicada, des tartinades et confitures Aix-et-Terra, des jus Pressoirs de Provence… La liste n’est pas close.

Reste que l’hôtel toulonnais dirigé par Martin Vitté (l’équipe est constituée de 12 à 14 personnes) doit trouver son marché dans une époque perturbée par le Coronavirus et ses vagues, rendant la visibilité extrêmement faible. La clientèle d’un Okko est composé d’un segment affaires à 50% et autant en loisirs, en provenance du marché national et du régional/local, sachant que le segment affaires est pour le moins contrarié. Dans ce contexte, Olivier Devys mise sur l’attractivité de Toulon, conformément à son pari initial, quand le niveau qualitatif de la métropole n’était pas celui d’aujourd’hui. Tant mieux si le marché s’est ouvert, plaide-t-il, bien décidé à prendre toute sa part dans cette dynamique.

L’enseigne Okko est ambitieuse, forte de ses 10 établissements et 170 collaborateurs. A l’échelle de Provence Alpes Côte d’Azur, après Toulon cette année et Cannes précédemment, Nice Arenas devrait ouvrir en 2021. Marseille et/ou Aix pourraient être les prochaines destinations régionales, dans un temps plus ou moins long selon la conjoncture, l’adversité et les opportunités.

Repères économiques

  • Okko Hôtel
  • 3 200 m2
  • 98 chambres à partir de 75 euros la nuit
  • Club ouvert de 250 m2
  • Rooftop de 200 m2
Olivier Réal
Journaliste économique

A lire aussi

Thierry Albertini président de l’Office Var Habitat

Thierry Albertini est le nouveau président de Var Habitat, premier bailleur social du département avec 15 000 logements, 33 000 locataires, 280...

Permis en baisse, BTP en berne ?

La chaîne de l’acte de bâtir s’inquiète en cet automne des conséquences des « manquements » du printemps. Alors que le reconfinement...

A50 : « Enrobé, c’est pesé » entre Bandol et La Ciotat !

Escota Vinci Autoroutes refait la chaussée dans les deux sens entre les gares de péage de Bandol et La Ciotat, sur l’A50....

Pierrefeu : Pizzorno valorise toujours plus

le groupe Pizzorno Environnement a mis en service en septembre dernier et au terme de dix mois de travaux, le nouveau casier de stockage de déchets non dangereux sur son site de Pierrefeu-du-Var. L’Ecopole exploité par sa filiale Azur Valorisation renforce ainsi ses capacités de traitement et confirme son statut d’installation majeure pour la gestion des déchets.

L’Imsat en formation(s) serrée(s), malgré l’adversité !

l’Imsat dispense depuis septembre des formations longues et courtes pour respectivement 209 et 68 personnes, tandis que 140 jeunes ont été accompagnés depuis un an dans le cadre de la prépa SAT (sport, animation, tourisme), lancée par l’Imsat et l’UPV. Une démarche ciblée vers des publics demandeurs d’emploi, mais aussi fragilisés et parmi les plus éloignés de l’emploi, proposant un accompagnement personnalisé. A travers un Sas de préparation