SICA MARCHE AUX FLEURS à Hyères :
50% de la fleur coupée en France !

0
144

Le Marché aux fleurs d’Hyères a été créé en 1984 sous forme de SICA – société d’intérêt collectif agricole, structure qui fonctionne avec un conseil d’administration composé à 70% de producteurs. Il n’en existe que 2 en France en ce qui concerne l’horticulture, entre coopérative et société ; un statut bien adapté à cette activité qui fait le lien entre les producteurs et les distributeurs. C’est aujourd’hui le seul vrai marché de production de fleurs coupées sous forme de Sica en France.

Michel Gueirard, auparavant horticulteur en est le PDG, c’est son deuxième mandat.
Il est entouré de 38 salariés, eux-mêmes encadrés par un DAF, un directeur du développement (commercial, communication), un chef d’exploitation et enfin 10 commerciaux. Leur job : la mise en relation entre la production de fleurs coupées et la distribution.

Deux activités, le commerce et la prestation de services ; pour le commerce, là encore deux axes : la vente au cadran, soit une vente aux enchères dégressives (environ 70 % du chiffre d’affaires), et le bureau des ventes, qui lui commercialise à prix fixes. Ces fleurs régionales et venant d’Italie et d’Espagne sont vendues aux grossistes et courtiers, et partent, pour presque 80% des espèces méditerranéennes (renoncules, anémones, pivoines..) vers l’export, entre autres vers les Pays Bas, l’Europe du Nord et de l’est, la Grande
Bretagne, la Suisse… Le reste des fleurs est acheté puis acheminé par des distributeurs vers Paca Sud (27%), Rhône Alpes (27%), Paris et bien sûr France entière…


450 producteurs apportent leurs fleurs coupées, 250 d’entre eux le font régulièrement. Les acheteurs sont le plus souvent des grossistes, 35 d’entre eux sont installées sur le site de Hyères et la Sica gère pour eux tous de multiples prestations : la facturation pour les producteurs, la communication, la logistique interne et le prêt de matériel, le transport, les locations de box et de bureaux, les statistiques… 10% du prix de vente de toutes les fleurs rémunère le travail réalisé de la Sica Marché aux Fleurs.


En matière de qualité, la « charte qualité fleurs » est développée, les « signes officiels de qualité », SIQO comme les labels rouges sont travaillés. Enfin, la Sica adhère à « fleurs de France ». La durabilité des produits fait partie de ces recherches. Le travail sur la protection biologique est intense (champignons, insectes) : c’est moins de pesticides ; moins de désherbants également.

2 associations professionnelles sont liées à la Sica, Philaflor pour l’aide aux producteurs en matière de techniques de culture, préconisation de produits, et Florisud pour le travail et les recherches sur la qualité, sur les espèces endémiques – entre autres grâce à des projets européens (création d’une zone horticole la Bastidette à la Crau en accord avec TPM).

Repères

  • SICA : Société d’Intérêt Collectif Agricole, au capital de 1.108.000
  • euros
  • CA : 44 millions dont 37 millions d’euros pour la vente des fleurs
  • coupées, le reste en prestations.
  • 200 millions de tiges vendues par an
  • Effectif : 38 salariés
  • Locaux à Hyères : 10.000 m2 sur 3,5 hectares


Crises et perspectives

La première crise date de 1995 avec l’ouverture des frontières européennes et la fin des droits de douane, d’où une période d’adaptation.
Puis la période Covid a fait perdre 5 millions d’euros de chiffre d’affaires, mais la SICA n’a pas eu besoin de recourir au PGE. Enfin la crise ukrainienne, avec une augmentation de 50% du coût de l’énergie, a entrainé le doublement du prix du plastique comme celui des engrais, des plants, du transport ; les cartonnages par exemple ont vu leur prix doubler en 1 mois !

Tout cela oblige les producteurs à poursuivre la diversification des cultures, pour mieux les adapter au climat méditerranéen, donc des cultures plus naturelles, plus extensives (pivoines, anémones, renoncules, giroflées, campanules…)

La Sica investit 1,3 million d’euros cette année : nouveaux chariots et gestion informatisée des chariots, machine pour le conditionnement des fleurs… Et agrandissement prévu de 1 500m2 des locaux (réception, mise à froid, dégroupage) sur le site.